LIBELLULE ! ! !

 

IMG_9755

BONJOUR A TOUTES ET TOUS !

 

Voici un poème que j’ai lu lors de mon récital du 22 NOVEMBRE 2013

 

A la M.D.Q des dervallières (Nantes)

 

LIBELLULE ! ! !

 

Je pleure chaque heure, Mademoiselle

De ne plus revoir votre tendre voilage !

 

Que j’aimais votre léger bruissement d’ailes

Qui savait me surprendre de part sa douceur

Lorsque de tendresse vous vous teniez à moi,

Je sentais votre cœur battre la chamade.

 

Vous aimiez tellement la couleur des étangs

Que vous y déposiez la chaleur de vos mains,

Vous aimiez déposer sur moi un doux baiser

Que j’aurais voulu garder jusqu’au bout des temps.

 

Votre don d’amour se développait en Mai

Me laissant comme un papillon exténué

De vous avoir choyé de toutes mes forces.

 

Maintenant mes : cœur et corps tellement frêles

S’enlisent dans la vase d’une vraie torpeur,

Chère demoiselle je pleure nos émois

Et je lutte pour garder cette forme « hard ».

 

Ce n’est pas parce qu’un stupide gouvernement

A décidé qu’il serait soi-disant plus sain

Pour vous chère « jouvencelle » de l’oublier

Ce « titre, cette marque » qui jusqu’à présent

 

Mettait dans l’esprit chevalier le mot respect,

Aujourd’hui si certains se croient évolués

Devant vous, jamais ils ne montrent le torse.

 

Quelle horreur que ce grand tort Mademoiselle

D’oublier vertu et libérer l’outrage !

 

Henry CANAAN

 

EXTERMINATION ! ! !

 

IMG_2559

 

EXTERMINATION ! ! !

 

Un vieux mur en pierre recouvert de lierre

 

Intrigua un promeneur par son allure

 

Il s’en dégageait un parfum de mystère

 

Qui activa la curiosité du passant.

 

 

Il tourna autour de ce mur sans le toucher

 

Et le regarda vraiment attentivement

 

Sans déceler quelque chose d’anormale

 

Mais planait toujours cette odeur d’intrigue.

 

 

Il décida de le laisser en arrière

 

Et de continuer son chemin d’aventure

 

Mais son esprit était tenaillé par cet air

 

Il fit demi-tour avec l’esprit conquérant.

 

 

A genoux devant lui il a su l’explorer

 

Et découvrir un très fabuleux testament

 

Celui d’une nature que l’on vandale

 

Au profit du goudron et béton sans « digue ».

  

 

Henry CANAAN

TRANSMISSION ! ! !

 

 

 

IMG_9620

 

 

TRANSMISSION ! ! !

 

 

Souvent Braderie est le marché du bonheur

 

Que ce soit pour les chercheurs ou « bonimenteurs » !

 

 

Que ce soit pour les uns comme pour les autres :

 

Des moments inoubliables de rencontres

 

Qui permettent d’entretenir bonne humeur

 

Même si climat est parfois très « chamailleur ».

 

 

Le rapport de « force » entre acheteur, vendeur

 

Se défini par un jeu de gestes et mots

 

Pratiqué dans une tendre atmosphère

 

Incitant toujours au plaisir de palabrer.

 

 

Que trouvaille passe de notre à votre

 

Il ne faut non jamais aller à l’encontre

 

D’un esprit d’aigreur mais user d’esprit charmeur

 

Pour montrer que son choix est le meilleur « rapport ».

 

 

La merveille chère au cœur de l’acheteur

 

Chassera pour un temps toutes sortes de maux

 

Lui insufflant un si doux merveilleux bol d’air

 

Le portant sur les nuages de la gaîté.

 

 

Henry CANAAN

 

IMG_8418

 

APPETIT ! ! !

 

 

Savourer, déguster, manger est un plaisir

Qui se profile dès l’instant où un fumet

Vient chatouiller l’odorat du simple gourmet

Qui sommeille tout le temps en chacun de nous.

 

La présence de ces doux merveilleux moments

Est une action bénéfique dévoilant

Sincèrement, simplement et sans complexe

L’envie de découvrir mets parfois oubliés !

 

Si c’mot bouffer peu paraître vous contenter

Pour l’unique remplissage de l’estomac,

Il ne peut figurer dans le dictionnaire

De la découverte de très différents plats.

 

Quiconque n’a jamais gouté à ce désir

De s’ sentir un homme que l’on honorerait

En aiguisant les papilles de son palais

Ne peut se prétendre être un « manitou ».

 

Si dans ce domaine, on se sent des amants

C’est que la dégustation est un firmament

Que l’on peut comparer à la joie du sexe,

Chez l’un, comme chez l’autre, on le prend son « pied » !

 

Quelle belle sensation, que de l’admirer

Ce chef d’œuvr’ qui tel un envoutant opéra

Nous offre nouveau monde : de belle manièr’ ;

Voilà, où peut nous conduire : simple repas.

 

 

 

Henry CANAAN

FANNY ! ! !

 

 

 

D 7

 

FANNY ! ! !

 

 

F acilement et toujours reconnaissable 

 

 

A vec quelle prestance elle se montre

 

 

I nvoquant pour tous un résultat minime

 

 

R écolté soit dans un jeu ou sport de boules

 

 

E voquant ainsi la faiblesse du toucher

 

 

 

F ièrement elle est toujours imbattable

 

 

A ttendant qu’on la découvre, qu’on l’a montre

 

 

N’ hésitant jamais sur ce baiser intime

 

 

N ourrissant à coup sûr mouvement de foule

 

 

Y es ! Elle se réjouie quand le baiser la touché

 

 

Henry CANAAN

A TOUTES LES ELISSA ! ! !

 

IMG_4972

 

DOUCEUR ! ! !

 

E toile libérant doucement nos esprits,

L umière apportant la douceur dans nos cœurs

I nscrivant ainsi ton chemin dans nos vies,

S ensibilité est la marque de ton nom,

S agesse et volonté sont les deux signes

A ccompagnant la recherche de ton bonheur.

 

Elissa à chaque étape de ta vie

T es parents seront là pour tes bobos tes joies !

 

E spiègle, parfois tu seras vraiment chipie

L es câlins tu en voudras pour ton petit cœur,

I ntrépide, ton choix nous laissera surpris

S eulement le le temps, pour une compréhension ;

S incérité sera ton seul vrai insigne

A vec  lui grandira l’avenir dans ton cœur.

 

Elissa, de tous tes mouvements l’ont ri

Ta présence est pour nous un grand émoi !

 

Henry CANAAN

DEMAIN ! ! !

 

 

IMG_5652

 

DEMAIN ! ! !

Se réveiller sur le pépiement des oiseaux

Annonce la journée faite de symphonie !

 

Prendre son petit déjeuner sur le balcon

Tout en s’imprégnant du nouvel air du matin

Pour préparer son esprit à la liberté

C’est faire offrande de son temps à ce temps.

 

Aller se promener à vélo simplement

Pour le plaisir de se sentir enfin libre

En profitant pleinement des couleurs, chaleurs

Délivrées par cette si belle nature.

 

S’extasier sur ce pur réel bonheur fécond

Qui se diffuse au travers de ces parfums

Formant un dôme d’une sensibilité

Que l’on voudrait garder, jusqu’à la nuit des temps.

 

En avançant sur ce chemin tout doucement

On découvre de plus en plus le mot vivre

Que tant d’espèces adoptent avec bonheur,

Pendant qu’humains ne créent que caricature.

 

Sursauter toutes les heures sur des défauts

Montre que le progrès est trop souvent folie !

 

Henry CANAAN

Previous Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.